100 ans Belbases
Une page oubliée du colonialisme Belge en Afrique

Le développement postérieur

1929 - Accord de gestion officiel

Même si l'Agence Belge de l'Est Africain s'occupe depuis 1921 de la gestion du site de Dar es Salaam, le premier contrat de gestion officiel entre le gouvernement colonial belge et l'Agence Belge de l'Est Africain pour la gestion des sites belges, est signé le 11 Décembre, 1929.
Sont entre autres convenus les dispositions suivantes:

Article 2
Le gouvernement belge paie les infrastructures et les réparations
La Société prend en charge le développement et la maintenance de la superstructure (définie à l'article 3 comme la surface, les rails et les équipements de manutention ... ).

Article 7
La société est autorisée à effectuer d'autres activités, pour son compte propre ou pour le compte de tiers, pour autant que la bonne gestion des sites ne sont pas perturbée.

Article 14
L'accord prend fin le 31 Décembre, 1954



1934 - Nouvelle convention de gestion

Le deuxième accord de gestion est signé le 21 juin 1934. Les modifications suivantes ont été apportées à l'accord de 1929:

Article 2
La Société assure le suivi administratif inhérent à la gestion des sites, tels que:
  • La maintenance des infrastructures: il est précisé qu'aucune modification ne peut être apportée à l'infrastructure sans l'accord préalable du gouvernement colonial belge.
  • La perception pour le gouvernement colonial belge de « tous droits, charges ou taxes selon les taux approuvés par le gouvernement ».

Article 8
La société reçoit 250 000 F par an pour les frais de gestion. Ce montant doit couvrir entre autres les salaires du personnel local et expatrié.
La société perçoit en plus 125 000 F pour les frais de fonctionnement, tels que les coûts d'électricité, d'eau, d'entretien des grues et de l'infrastructure ...

Article 9
Ce second accord entre en vigueur le 1er janvier 1934 et fait l'objet d'un renouvellement tacite annuel sauf notification par lettre recommandée 2 mois avant l'expiration du terme. Il n'y a donc plus de date de fin définie dans l'accord.



1936 - Ajustement des indemnités

Le troisième contrat de gestion est signé le 30 septembre 1936. Les modifications suivantes ont été apportées à l'accord de 1934:

Article 8
L'entreprise reçoit 2 . 400 livres sterling par an pour les frais de gestion au lieu des 250 000 francs. C'est le résultat de la forte dévaluation du franc belge durant cette période.

Le montant des frais de fonctionnement reste inchangé.



1947 - Ajustement des indemnités

Pendant la seconde guerre mondiale, les ports de Kigoma et Dar es Salaam ont continué d'assurer une exportation sans heurts de matières premières (cuivre, caoutchouc ... mais aussi café) pour soutenir l'effort de guerre des puissances alliées.

Le 12 décembre 1947, ce sera la quatrième fois que l'accord est revu. En raison de l'augmentation du trafic (en particulier des exportations) ces dernières années, il fallait davantage de personnel.

La société reçoit désormais annuellement 4 000 livres sterling pour couvrir les frais de gestion.

Le gouvernement colonial belge rembourse dorénavant tous les frais opérationnels engagés par la Société pour l' électricité, l' eau, la réparation des grues, l'entretien de la superstructure ... Le remboursement n'est plus limité à 125 000 francs par an.



1951 - Déménagement à Dar es Salaam

Jusqu'à présent, les navires devaient mouiller dans la baie et la cargaison à destination et en provenance des navires était transportée par des barges; mais les navires grandissent et le trafic augmente. Un quai en eau profonde où les navires peuvent amarrer et charger et décharger directement sur le quai devient plus que nécessaire.

Le 6 avril, un accord est signé entre le gouvernement colonial belge et la Grande-Bretagne pour la construction d'un quai en eau profonde à Dar es Salaam. Les dispositions suivantes ont été convenues:
  • Le Royaume-Uni remplacera le site initial belge par un nouveau site, adjacent au quai en eau profonde, à construire par East African Rails and Harbours (EAR&H).
  • Le bail est perpétuel pour un loyer annuel symbolique d'un franc, conformément à la convention de 1921.

Comme l' article 102 de la Charte des Nations Unies stipule qu'aucun traité ou accord international n'est valable tant qu'il n'a pas été enregistré auprès du Secrétariat de l'Organisation, la convention ci-dessus fut enregistrée sous le no 1496.



1952 - Ajustement des indemnités

Le 1er février, la compensation pour les frais de gestion sera portée à 6 000 livres.



1955 - Un nouveau mandat

L'accord de 1921 entre la Grande-Bretagne et la Belgique stipule qu'un accord de gestion pour l'exploitation des sites doit être limité dans le temps: 25 ans.

L'article 9 de la convention de gestion de 1934 entre le gouvernement colonial belge et l'Agence belge de l'Est Africain mentionne un «renouvellement tacite annuel, sauf délai de préavis notifié par lettre recommandée 2 mois avant l'expiration du délai».

À partir de 1953, des contacts ont eu lieu entre le ministère belge des Affaires étrangères et le gouvernement britannique.

Le gouvernement britannique ne s'oppose pas à la prolongation du contrat de gestion des sites coloniaux belges de Dar es Salaam et Kigoma avec l'Agence Belge de l'Est Africain.

Le nouveau contrat de gestion prend effet le 1er janvier 1955 pour une nouvelle période de 25 ans. [9]



1956 - Enfin un quai en eau profonde

Le quai en eau profonde, convenu en 1951, est finalement mis en service en 1956.
Le quai no 1, d'une longueur de 180 mètres, couvre désormais un tiers du port. Ce qui indique l'importance du trafic à destination et en provenance des colonies belges.

En 1956, l'équipement du port de Dar es Salaam se compose de:
  • Un quai en eau profonde de 180 mètres, accessible aux navires avec un tirant d'eau maximum de 30 pieds (9,15 mètres);
  • Des grues de quai – les mêmes pour tout le port, ce qui facilite la maintenance;
  • Un entrepôt de plain-pied, d'une capacité de stockage de 12 000 m2
  • Espace de stockage en plein air de 20 000 m2
  • Un bâtiment administratif de 2 étages

La valeur de la nouvelle concession est estimée à 228 millions de francs belges.

Dans le même temps, un programme de modernisation du port de Kigoma est en cours et les anciennes grues en bois de 3 à 5 tonnes sont remplacées par trois grues électriques de 5 à 7 tonnes.

Le quai est étendu à 230 m, le hangar est rénové, la grue manuelle Titan de 25 tonnes est électrifiée. Les nouvelles grues mobiles Fiorentini complètent l'équipement.
La surface Belbase à Kigoma couvre désormais environ 17 000 m2.

Les tonnages annuels traités par la société portuaire évoluent de 5 000 tonnes en 1922 à un maximum d'environ 200 000 tonnes en 1971, dont 90 000 tonnes de cuivre du Congo et 25 000 tonnes de café du Burundi.

L  I  R  E     L  A     S  U I T  E