100 ans Belbases
Une page oubliée du colonialisme Belge en Afrique

Fin du mandat

1991 - Stratégie de sortie

AMI Tanzanie organise une rencontre avec le Ministère des transports et des communications pour discuter de l'avenir des anciennes «Belbases».
Cela devrait conduire à des projets d'accords entre:
  • AMI(T) et THA (Tanzanian Harbours Authority) pour la reprise du site de Dar es Salaam et
  • AMI(T) et TRC (Tanzanian Railways Corporation) pour la reprise du site de Kigoma

Les accords doivent contenir les points suivants:
  • Actifs actuels et futurs
  • Les fonctions opérationnelles
  • Les aspects commerciaux
  • Les aspects administratifs (comptabilité, ...)
  • La durée du nouvel accord
Comme date limite pour finaliser l'accord les parties proposent le mois de janvier 1992. [14]



1993 - Retards

Les négociations se déroulent dans une bonne entente, mais les progrès sont lents.

AMI Tanzanie ne presse pas les autres parties, elle recherche entretemps un emplacement à l'extérieur du port pour poursuivre ses activités de transit.

Le 12 mai 1993, le ministère des Transports et de la Communication déclare que le transfert des «anciens sites belges» est reporté à août 1993; avant cette date, AMI(T) doit scinder ses activités en «gestion du port» (Site Management) et «expédition» (Clearing & Forwarding). [15] Mais en août le transfert sera à nouveau reporté.



1994 - AMI quitte le port

AMI Tanzanie obtient enfin un bail foncier de 99 ans en dehors de la zone portuaire et commence la construction d'un nouvel entrepôt moderne avec des bureaux pour relocaliser ses activités d'expédition.

En raison des troubles en cours au Congo et au Rwanda, le trafic à destination et en provenance des anciennes colonies s'est complètement effondré. La société se réoriente vers la logistique des programmes d'aide alimentaire (vers la nord de la Tanzanie) et les activités d'expédition vers le Malawi et la Zambie



1995 - La fin

74 ans après leur création, les sites Est Africains de transit vers le Congo, le Rwanda, le Burundi cessent en fait d'exister. Les autorités portuaires tanzaniennes reprennent la gestion des quais 1, 2 et 3 du port de Dar es Salaam.
La compagnie ferroviaire tanzanienne reprend la gestion du port de Kigoma.

Mais en théorie, ces Belbases existent toujours, car les quatre pays Tanzanie, Burundi, Congo et Rwanda n'ont pas encore été en mesure de convenir d'un accord de compensation pour la reprise des installations.

L  I  R  E     L  A     S  U I T  E